Rolf Benz ADDIT

von Studio Aisslinger

ROLF BENZ ADDIT GENÈSE

En imaginant Rolf Benz ADDIT, Tina Bunyaprasit et Werner Aisslinger ont créé un système de canapés modulaire et évolutif à l'infini. Ils l'ont ainsi doté d'un potentiel iconique et fait une fois de plus la brillante démonstration de ce que sont l'esprit visionnaire et l'expertise artisanale. Ce système novateur ouvre des perspectives inédites pour la personnalisation de l'habitat et fait apparaître la marque Rolf Benz sous un jour inattendu : ludique certes, mais immanquablement fidèle à la clarté formelle qui la caractérise. Dans un certain sens, on peut dire que les deux designers berlinois, en étroite collaboration avec Rolf Benz, ont réussi le tour de force d'apporter sous forme d'un canapé une réponse à l'hyper-individualisme de notre époque.

Nous nous sommes entretenus avec les deux designers du processus de création, du jour où leur mission a été définie jusqu'à la première de Rolf Benz ADDIT au Salone del Mobile 2019.

PHASE 1 : DE LA PREMIÈRE RÉUNION AU DESIGN

Madame Bunyaprasit, Monsieur Aisslinger, comment un designer appréhende-t-il une telle mission ? Par quoi commence-t-il ?

W. Aisslinger : lors de la première réunion, qui s'est déroulée dans les meilleures conditions, Rolf Benz nous a donné des instructions très précises et détaillées sur le produit à concevoir, tout en nous laissant une marge de manœuvre suffisante pour y intégrer nos propres idées. Voilà la base de notre travail. L'idéal est qu'après la réunion il s'écoule un délai suffisant, le temps que le projet germe dans les têtes. Les premières idées prennent forme un peu plus tard.

T. Bunyaprasit : Réfléchir à ce que l'on souhaite effectivement soi-même peut être une aide. On peut se demander ce qui manque éventuellement dans l'univers du canapé et ce que l'on aimerait ajouter pour combler cette lacune. Au final, se voir attribuer une mission créative offre toujours l'extraordinaire opportunité de réaliser ses propres souhaits. 

Quelles sont vos sources d'inspiration ?

W. Aisslinger : Les divers projets qui nous confiés font que nous voyageons beaucoup. En plus, nous vivons dans une ville qui favorise l'inspiration. En fait, Berlin est une source quotidienne d'inspiration. Il suffit parfois même faire de le tour du pâté de maisons. Un designer est comme une éponge : il absorbe son environnement – et intègre dans son travail ce qu'il a vu ou vécu.

T. Bunyaprasit: L'inspiration peut venir de beaucoup de choses. Même d'un simple regard sur le passé, par exemple l'évocation de souvenirs d'enfance. On peut s'y replonger et s'interroger sur ce que l'on a aimé autrefois. Ainsi, la réminiscence d'un canapé, de cette merveilleuse sensation de bien-être et de sécurité qu'il procurait, peut jouer un rôle primordial. Une telle évocation du passé peut donc être d'une grande utilité pour le présent.

Quelle a été l'idée à l'origine de Rolf Benz ADDIT ?

T. Bunyaprasit : Notre mission était de développer un système de canapés qui soit appelé à devenir un lieu favori universel et tienne compte de toutes les facettes de la vie quotidienne moderne.

Le système est une sorte de construction en kit, puisqu'il permet de combiner à volonté les composants les plus différents. Cette flexibilité particulière permet de réaliser une composition qui ne ressemblera à aucune autre. 

W. Aisslinger : Il s'agissait pour nous de créer un lieu favori. Un monde de collage. Une sorte de petit cabinet de curiosités personnel. Un lieu où peuvent s'accumuler des objets qui font partie de la vie de leur propriétaire ou appartiennent au concept. Nous nous intéressons depuis déjà pas mal de temps à la thématique du collage. Nous n'essayons pas de réaliser un style uniforme et monochrome, mais au contraire d'associer des matériaux, des univers et des surfaces. Nous nous comparons volontiers à une sorte de DJ : nous mixons un tout de façon qu'il fonctionne parfaitement, tant pour le client final que pour la marque Rolf Benz.

PHASE 2 : DU PAPIER À LA RÉALISATION

Comment l'idée est-elle matérialisée ?

T. Bunyaprasit : Nous faisons quantité d'esquisses, non seulement sur notre lieu de travail, mais aussi, par exemple, sur une serviette lors d'un déjeuner au restaurant. Si, au début, nous griffonnons sur le moindre bout de papier qui nous tombe sous la main, nous utilisons assez vite les logiciels 3D qui nous permettent de donner aux esquisses des proportions véritablement réalistes. Le numérique fait ensuite place à l'analogique à l'aide de modèles réels.

W. Aisslinger : Etant donné qu'aujourd'hui un canapé est souvent installé en milieu de pièce, il se doit d'être esthétique de tous les côtés et donc aussi à l'arrière. Nous outils informatiques nous permettent de le vérifier facilement. C'est à partir de cela que Rolf Benz construit les modèles volumiques. Il s'écoule en fait assez peu de temps entre la conception en 3D et la réalisation des modèles volumiques réels.

Comment faites-vous pour sélectionner les matériaux ? A quoi veillez-vous plus particulièrement ?

T. Bunyaprasit : Nous collectons beaucoup de matériaux et gérons par conséquent un stock assez important. Nous avons ainsi la possibilité de les combiner au gré de l'humeur et d'en expérimenter le toucher et l'aspect. 

W. Aisslinger : Ce qui nous importe, c'est le caractère franc et authentique des matériaux à mettre en œuvre. Nous rejetons tout ce qui est artificiel. Nous privilégions le verre, la pierre, les fibres naturelles, le cuir véritable et les belles textures. Les finitions sont très importantes : aspect plutôt mat ou brillant ou granité, c'est une affaire de mélange. Le savoir-faire et l'univers de Rolf Benz jouent bien sûr un rôle déterminant dans notre approche. Concrètement, cela soulève quelques questions : quels sont les matériaux disponibles ? Quid des toutes dernières collections de tissus ?

PHASE 3 : DU TRAVAIL D'ÉQUIPE AUX PROTOTYPES

Que se passe-t-il durant la phase de réalisation du prototype ?

W. Aisslinger : Le prototypage est une phase à la fois très captivante et symbiotique, celle où tout est mis à plat entre la marque Rolf Benz et nous. Les ingénieurs et les développeurs prennent place autour de la table. Tout passe alors sur le banc d'essai. Où privilégier l'aspect visuel, où donner la priorité à la construction ? Y a-t-il des possibilités d'économie sans porter atteinte à la qualité ? Autant de questions auxquelles l'équipe doit trouver des réponses.

T. Bunyaprasit : La présentation du prototype est pour moi la phase la plus passionnante. On a enfin le canapé sous les yeux, on peut le toucher et s'asseoir dessus. C'est à ce moment que les potentiels d'optimisation sautent souvent aux yeux.

Quels tests le prototype doit-il réussir ?

T. Bunyaprasit : On commence par faire le tour du canapé et l'examiner minutieusement sous toutes les coutures. On le touche. On s'assied dessus. Ou on se laisse choir sur le siège pour voir si cela procure une sensation agréable. Et l'on s'interroge aussi pour savoir si les dimensions choisies sont effectivement les bonnes.  

W. Aisslinger : Bien entendu, on s'intéresse de près à l'ergonomie et au confort. Mais, dans le cas d'ADDIT, il s'agissait aussi de parvenir à créer une gamme d'allure décontractée et susceptible d'évoluer à l'infini, conformément à ce qui était explicitement souhaité chez Rolf Benz. Concilier le tout était un défi. Mais, au final, c'est justement le fait de devoir relever n'importe quel défi qui rend notre métier aussi passionnant.

PHASE 4 : DU PROTOTYPE À LA PRODUCTION

Qu'est-ce que la phase de production a de particulier ?

W. Aisslinger : Ce qui est extraordinaire chez Rolf Benz, c'est que tout est « made in Germany » de A à Z. Nous parlons ici du culte de la qualité. Et c'est précisément ce dont il s'agit – de la concrétisation de cette immense exigence de qualité jusque dans le plus infime détail. La moindre couture donne matière à réflexion : est-ce la bonne solution, la meilleure possible ? Où cette couture doit-elle commencer et où doit-elle finir ? Vient ensuite le tour des éléments de construction comme les jonctions métalliques et les moulages. C'est un peu du tuning et c'est vraiment sympa. Surtout avec un partenaire du niveau de Rolf Benz, qui maîtrise particulièrement bien le sujet et attache une grande importance au perfectionnisme.

T. Bunyaprasit : La perfection artisanale prend de toute façon de plus en plus d'importance. Avec Rolf Benz, nous avons la possibilité de faire appel systématiquement à au savoir-faie artisanal, même pour les plus petits détails.

En savoir plus sur Volo